Un enquêteur financier témoigne dans l’affaire Tui Namosi

Un enquêteur financier témoigne dans l’affaire Tui Namosi

… a témoigné qu’elle n’avait pas vérifié que la personne authentifiant les documents revendiqués par Tui Namosis était l’autorité compétente.


Député de la SODELPA Ratu Suliano Matanitobua à Suva. Photo: Ashna Kumar

Un enquêteur financier de la Commission indépendante des Fidji contre la corruption (FICAC) a déclaré qu’elle n’avait pas vérifié que la personne qui avait authentifié les documents revendiqués par Tui Namosi était l’autorité compétente.

Il s’agit du procès du député SODELPA Ratu Suliano Matanitobua.

Matanitobua est inculpé par la FICAC d’une accusation de fourniture de fausses informations à un fonctionnaire et d’une accusation d’obtention d’un avantage financier.

Le député est accusé d’avoir enfreint la loi de 2014 sur les rémunérations parlementaires lorsqu’il a exigé des indemnités de déplacement et d’hébergement auxquelles il n’avait pas droit.

Les allégations ont été faites par l’ancienne secrétaire générale du Parlement, Viniana Namosimalua.

Matanitobua aurait faussement déclaré que sa résidence permanente était dans le village de Namosi, Namosi, et aurait reçu 38 378,22 $ entre août 2019 et avril 2020.

Le procès sera dirigé par le juge Thushara Kumarage à la Cour suprême anti-corruption de Suva.

L’enquêteur financier de la FICAC, Vasiti Matadigo, a déclaré lors du contre-interrogatoire qu’Adi Litia Qionibaravi avait confirmé les 24 demandes de paiement soumises par Matanitobua.

Elle a ajouté que Mme Namosimalua avait approuvé les paiements.

L’avocat de Matanitobua, Filimoni Vosarogo, a demandé au témoin si elle savait si ceux qui authentifiaient les documents étaient autorisés à le faire.

Mme Matadigo a déclaré qu’elle ne l’avait pas vérifié.

M. Vosarogo a demandé au témoin si elle était d’accord qu’en vertu des directives de la loi sur la rémunération parlementaire, le gouvernement au sommet ou l’opposition au sommet avait le pouvoir de certifier les poursuites.

Mme Matadigo était d’accord avec la déclaration.

M. Vosarogo a demandé au témoin si l’une des 24 allégations avait été signée ou confirmée par le whip de l’opposition.

Mme Matadigo a dit non.

Elle a également témoigné devant le tribunal que Matanitobua y avait également droit
Frais de réunion du comité.

M. Vosarogo a interrogé le témoin sur son rôle dans l’enquête.

Mme Matadigo a déclaré au tribunal qu’elle était impliquée dans les finances
Enquêtes après l’inculpation de Matanitobua par la FICAC.

Dans son enquête, Mme Matadigo a déclaré au tribunal que, selon les détails de la transaction, la Banque du Pacifique Sud (BSP) de Matanitobua avait payé 800 $ directement à la Commission de la fonction publique pour la location d’appartements.

Elle a déclaré au tribunal que les transactions avaient été effectuées directement du compte de Matanitobua au compte BSP de la Commission.

Elle a en outre témoigné que la réduction de loyer avait depuis été payée
août 2019

Après la fin de l’audition de Mme Matadigo
Le commissaire et avocat principal de la FICAC, Rashmi Aslam, a appelé son prochain témoin du Conseil des affaires iTaukei, mais le témoin n’était pas présent au tribunal.

M. Aslam a demandé au tribunal de délivrer un mandat d’arrêt.

Le juge Kumarage a déclaré que si le témoin avait été présent, les procureurs auraient clos leur dossier au procès.

Le juge Kumarage a émis un mandat d’arrêt contre le témoin et a ajourné l’affaire jusqu’à ce matin.
Commentaires : [email protected]

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*