“Plus de 2 millions de tonnes de sucre pour atteindre le seuil de rentabilité”

“Plus de 2 millions de tonnes de sucre pour atteindre le seuil de rentabilité”

Le président Ratu Wiliame Katonivere lance une nouvelle saison de production de canne à sucre à Labasa.


Le président Ratu Wiliame Katonivere (au centre) a averti l’industrie sucrière des dangers liés aux prix du carburant et les a exhortés à travailler ensemble. Il a rencontré le commissaire Northern, Uraia Rainima, et le personnel de Fiji Sugar Corporation à l’usine de Labasa à l’ouverture de la saison de broyage 2022 le 8 juin 2022. Photo : Shratika Naidu

La production de sucre dans le nord a dépassé les volumes des deux années précédentes.

L’usine Labasa de Fiji Sugar Corporation devrait broyer 678 000 tonnes de canne à sucre cette saison, a déclaré le président Ratu Wiliame Katonivere.

“Mais le secteur national de la canne à sucre des Fidji doit produire plus de deux millions de tonnes pour atteindre le seuil de rentabilité”, a-t-il déclaré.

Ratu Wiliame, ancien membre du conseil d’administration, se tient au courant des développements de l’industrie dans le secteur de la canne à sucre.

S’exprimant au début de la saison de broyage 2022 à l’usine de Labasa, il a déclaré que la production de canne à sucre était tombée à un faible volume de 362 236 tonnes l’année dernière, alors que 672 000 tonnes avaient été produites en 2020.

emploi

“Environ 220 000 personnes étaient employées dans l’industrie”, a déclaré Ratu Wiliame.

“La culture de la canne à sucre est restée la principale source de revenus dans le secteur agricole depuis 1894, lorsque le moulin a été créé”, a-t-il déclaré.

À Vanua Levu, environ 80 000 personnes sont employées à temps partiel dans l’industrie de la canne à sucre.

Ratu Wiliame a déclaré que près de 4 000 producteurs fournissaient de la canne à sucre à Vanua Levu tandis que 350 employés étaient occupés à entretenir et à gérer l’usine, et

Coordination des activités terrain.

Le reste des représentants de l’industrie comprenait des chauffeurs de camion, des coupe-tuyaux, des sardars et des opérateurs de moissonneuses mécaniques et de tracteurs remorques.

L’usine de sucre de Labasa exporte environ 9 à 11 gigawatts d’électricité vers le réseau électrique nord d’Energy Fiji Limited au cours de chaque saison de récolte.

“Ce type de production par turbines à vapeur pendant la saison de concassage permet à EFL d’économiser sur les coûts de carburant”, a déclaré Ratu Wiliame.

« La cogénération est une façon écologique de produire de l’énergie pour les consommateurs du Nord.

Investissement de FSC dans l’usine de Labasa

FSC a dépensé environ 10,8 millions de dollars en maintenance et 1,3 million de dollars en travaux d’immobilisations à l’usine de Labasa pour améliorer l’efficacité du concassage pour la saison 2022.

“Le remplacement de l’économiseur devrait entraîner une amélioration des économies de carburant et permettre la continuité du fonctionnement de la chaudière tout au long de la saison”, a déclaré Ratu Wiliame.

Le président Ratu Wiliame Katonivere (à droite) était soutenu par le personnel de Labasa Mill.  Setareki Mataunisova faisant basculer le premier lot de canne à sucre à broyer le 8 juin 2022. Photo : Shratika Naidu

Le président Ratu Wiliame Katonivere (à droite) était soutenu par le personnel de Labasa Mill. Setareki Mataunisova faisant basculer le premier lot de canne à sucre à broyer le 8 juin 2022. Photo : Shratika Naidu

Délai de grâce de 14 jours

Les exploitants de moissonneuses, de camions et de tracteurs exigeront une augmentation des coûts de transport des producteurs en conséquence directe de la hausse des prix du carburant.

Le Nord utilisera 445 camions et 135 tracteurs cette saison.

« C’est mon humble demande aux producteurs, aux camionneurs et aux conducteurs de tracteurs d’être conscients de l’impact de la hausse des prix du carburant et de leur impact sur toutes les parties prenantes », a déclaré Ratu Wiliame.

“Vous devez tous discuter des tarifs qui conviendront le mieux à toutes les parties, car vous dépendez tous fortement les uns des autres pour votre subsistance.”

Il a exhorté les camionneurs et les conducteurs de tracteurs à utiliser le délai de grâce de 14 jours pour certifier leurs véhicules afin d’éviter des amendes inutiles.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*